jeudi 22 juin 2017

Conférence #forêt-bois, un #paradoxe français

Pour la rentrée, Jean-Marie Ballu, vous propose une conférence-petit déjeuner 
 le jeudi 12 octobre à 8 h : « Un paradoxe français, une forêt sous-exploitée et un risque d'envol des constructions en bois importés ». Cette étude sur les "possibilités futures d'approvisionnement en bois dans la filière construction" fait suite au rapport "Pour mobiliser la ressource de la forêt française" (rapport du CGAAER d'oct. 2007 rédigé sous présidence Ballu) et au "Rapport Puech" (d'avril 2009 et rédigé à la demande du Président de la République). Il relève l'insuffisante exploitation des feuillus -chêne et hêtre notamment- pour une construction qui ne réclame actuellement que  des résineux. Notre forêt est  essentiellement feuillue et nos sciages sont à 80 % résineux -douglas, épicéa, sapin et pin-, là est un vrai paradoxe.
Des espoirs sont peut-être en vue...
 Inscription : Les conférences se tiennent au Club du Musée de la Chasse, 60 rue des Archives, 75003 Paris. Tarif 25 € (adhérents AFEF 20 €) payable sur place par chèque à l'ordre de l'AFEF. Merci de confirmer votre inscription auprès de notre Secrétaire général Bernard Gamblin. betmc.gamblin@cegetel.net

samedi 15 avril 2017

conférence Bois de Marine et Hermione en Ré


Rappel  : vendredi 21 Avril à 18 h à la Maison de conférence dite Ancre maritaise sur la commune de Sainte-Marie en Ré : exposé de Jean-Marie Ballu sur le bois et la construction navale intitulée :
           "Du bois de Marine aux bois de l'Hermione
 
Cette conférence de Jean-Marie Ballu, ingénieur général honoraire des Ponts, des Eaux et des Forêts et Ex-Chargé de mission nationale bois de marine,est organisée par la Communauté de Communes de l'Ile de Ré  avec le soutien de l'Office National des Forêts.
 Elle sera suivie de débats.

Cette conférence s'appuie sur les livres "Bois de Marine" et "L'Hermione, l'aventure de sa reconstruction". Ils racontent comment la forêt française a été depuis 6 siècles conduite, orientée et protégée pour satisfaire les besoins en chêne de coque et résineux de mâture des Marines royales ou impériales...
 L'Hermione, c'est 1200 m3 de chêne et 200 m3 de résineux !
 
Entrée gratuite.

samedi 1 avril 2017

Conférence Bois de Marine Hermione à Port Louis


Rappel Jeudi 6 Avril à 17h30 à la Médiathèque de Port-Louis, 57 Grand’Rue (Morbihan) en collaboration avec le Musée national de la Marine, conférence organisée par l’Association des Amis du Musée national de la Marine :
 
                "Du bois de Marine aux bois de l'Hermione
 
La conférence sera suivie de débats et de dédicaces  
par Jean-Marie Ballu, ingénieur général honoraire des Ponts, des Eaux et des Forêts et Ex-Chargé de mission nationale bois de marine.
Cette conférence s'appuie sur les livres "Bois de Marine" et "L'Hermione, l'aventure de sa reconstruction". Ils racontent comment la forêt française a été depuis 6 siècles conduite, orientée et protégée pour satisfaire les besoins en chêne de coque et résineux de mâture des Marines royales ou impériales... L'Hermione, c'est 1200 m3 de chêne et 200 m3 de résineux !

Entrée gratuite : Renseignements et réservations au 02 97 82 56 72 ou port-louis@musee-marine.fr



mercredi 29 mars 2017

Le Musée de la Marine ferme au Trocadéro Napoléon

Une porte qui se ferme...
 Dernière immersion, gratuite, avant fermeture pour rénovation, voilà ce qui est possible jusqu'à vendredi 31 mars 2017 au soir... dans notre superbe musée de la Marine.
Créé par décision de Charles X en 1827, sous le nom de "Musée Dauphin" en l'honneur de son fils le duc d'Aumale, Grand amiral, et d'abord installé au 1er étage de l'aile nord du Louvre, il regroupera les collections du Trianon et des modèles -lorsque constitués de pièces de bois strictement à l'échelle- venant des arsenaux de la Marine, ou des maquettes. Il sera installé en 1943 dans le tout nouveau Palais de Chaillot au Trocadéro (Palais construit pour l'exposition de 1937). Sorte de retour amusant de l'histoire, le nom de Trocadéro vient du port devant Cadix, défait par le Duc d'Angoulême commandant le corps expéditionnaire français pour rétablir Ferdinand VII sur le trône d'Espagne.
Au milieu de tous ces modèles, maquettes et tableaux, un trésor de 830 000 objets de collection, un seul "vrai bateau" grandeur réelle, le "canot de l'empereur", construit en 1810 à Brest pour mener Napoléon visiter le port d'Anvers et son nouvel arsenal. En 1833 et 1855 il sera enrichi de décors encore plus somptueux pour Napoléon III. Il fallut percer un mur pour, venant de Brest, le faire entrer et...  ressortir demain ; que deviendra-t-il ?
 
Toutes les collections, invisibles, vont être transférée à Dugny, de l'autre côté des pistes du Bourget et en face du musée de l'Air et de l'Espace.
Un regret, n'avoir pas à ce jour prévu un hall dans Paris ou au Château de Vincennes... pour entretenir et faire vivre l'envie du musée, sa boutique, et informer le public de la progression des travaux.
Ensuite pour les amoureux de ces collections, il faudra visiter les 4 autres sites du Musée, ceux de Brest, Port-Louis, Rochefort et Toulon qui présentent également de remarquables trésors
Et dans cinq ans on découvrira la nouvelle présentation, scénographie du musée ; combien d'associations, de courants et de personnes aimeraient être associés à la définition des nouveaux thèmes retenus et des nouvelles présentations qui seront probablement plus largement maritimes que  Marine historique... JM Ballu membre de l'Association  des Amis du Musée de la Marine.